Port-Joinville à l’île d’Yeu

Port-Joinville, emblême de l’île

Port-Joinville est le port emblématique de l’île d’Yeu situé au Nord.

Ce port fut successivement appelé Port-Breton, puis Port-de-la-Pélagie au XVIIè siècle, mais aussi Port-de-la-Sans-Culotterie durant la révolution, pour finalement se nommer définitivement Port-Joinville en hommage au fils de Louis-Philippe 1er qui réalisa ici de nombreux aménagements afin de développer l’accès au port et l’activité de l’île.

C’est à la fin de la seconde guerre mondiale que ce port prend toute son envergure, via de nombreux travaux qui aboutiront à la création de la gare maritime, du quai central et du port de plaisance.

Considéré comme la capitale ogienne, Port-Joinville est l’endroit depuis lequel les visiteurs et les locaux débarquent pour mettre le pied à terre avant de rejoindre leur location saisonnière, mêlant touristes et ogiens. Ici l’agitation est vite palpable : ce port représente le cœur de l’activité sociale et commerciale de l’île. On y trouve de nombreux commerces (notamment des magasins de pêche et d’accessoires) et artisans en tout genre, qui proposent aux touristes descendant des bateaux tout type de spécialité locale.

Entre les commerçants qui présentent sur leurs étals leurs marchandises, le flux des touristes arrivant et repartant, les loueurs de vélos et de voitures, on assiste ici à une vraie agitation humaine.

 

Port-Joinville fut longtemps considéré comme la capitale de l’île d’Yeu, l’endroit ou il faut être. Ici on compte près de la moitié de la population islaise, soit 2000 habitants sur les 4800 que compte l’île. On considère donc ce port comme une petite ville à part entière qui ne manque pas de charme.

L’endroit est parsemé de ruelles étroites, entourées elles-mêmes de maisons aux façades blanches, aux toits de tuiles, et aux volets bleus ou verts, ressemblant aussi au village de Saint-Sauveur situé plus au sud.

 

Port Joinville

Dernier bastion de la pêche au thon blanc

Ici on perpétue les traditions marines et notamment la pêche ! Port-Joinville est le dernier vrai bastion de la pêche au thon blanc. Preuve de l’authenticité de ce port et du respect pour la pêche : ici, les habitants ont conservé la « criée » et les restaurants de l’île sont nombreux à s’y approvisionner.

Tous les jours, plusieurs centaines de pêcheurs guettent les moindres soubresauts des vagues pour se décider à aller pêcher le thon banc avec leur thonier parfaitement entretenu. Dernier bastion de la pêche, ne se cantonne pas uniquement à la pêche au thon blanc : d’autres variétés telles que la sole, la lotte ou encore le merlu garnissent les filets de pêche. On assiste cependant et malheureusement au fil des ans à un déclin de l’activité de la pêche. Preuve en est, la destruction progressive de halls dédiés à la criée réhabilités pour d’autres activités.

Le centre-bourg de Port-Joinville

En s’éloignant du Port qui représente la « vitrine » touristique et en s’enfonçant dans le centre-bourg de Port-Joinville, vous découvrirez en direction de Notre-Dame-du-Port, des petites ruelles plus intimistes, bordées de maisons typiques blanches, toujours aux volets bleus ou verts. Avec ses accents méditerranéens, le bourg de Port-Joinville vaut le détour ! Entre les petits commerces, les nombreux restaurants, laissez-vous bercer le temps d’une promenade dans ces ruelles étroites. N’oubliez pas de flâner dans la rue Guist’hau, qui fut la rue de la dernière demeure du Maréchal Pétain (au n° 25) et dans la rue des Mariés, encore célèbre pour être le passage obligé du défilé des jeunes mariés qui s’en vont rejoindre le Port.